En galo

V-z étt bin d’assent do ma, l’orr, s’ée pâ enn chôzz qhi s pèrd…

« V-z étt bin d’assent do ma, l’orr, s’ée pâ enn chôzz qhi s pèrd… »

 

J’emrë bin trouvë 50 000 urô pourr peyë tout l-z âss qe j’e denijë pourr s’oqhupë du Kiosque. Mée en·n espéraun sa, l’envî m pri d touchë in gâ q’avë bouzilhë ma fétrî « Étonnants Voyageurs » a Sint Mâlo, vu q’il avë fèt enn lirî bin d tro emouvauntt  d’in poèm bin d tro emouvaunt. Sa të just avant q JMG Le Clézio avë caozë.

Com sa të pourr dé raïzon vra valab, je deçidi d l’·rmèrçië en plaç de ll enveyë é bloç e d lu ôfri enn lirî du tecç Le projit Mustagim pourr lu repondd a ma manierr. Aprée sa, j’li propozrë de s mètt de souètië do nou-z aotr pourr le Kiosque.

J savë pâ ghèrr de chôzz su lu, mée su Facebook, sa mètë qe Hassan Yassin Saad të in gâ d Sint B·rieû,  é pée vu qe j savë pâ corr lé priz d la SNCF entr Renn e Sint B·rieû, alorr pourca qe j frë pâ sa, q je me dizi. Sa sra t·rjou pu hétaunt q lé rendévou sée l’banqhier, de ca q’i s nom pu Jaun Moulin, l’banqhier, parr le fètt, vu q lu il a pâ jamée vlu m ·rçeva.

Le gâ, parr començë i dizi d minm ô telefonn q’i savë pâ l’françéez. Dam je l’cru pâ enn miètt mée je m pensi, aï don, j vâ lu caozë in ptit en « globish », sa peû pâ m fèrr graund ma.

Vla ti pâ q j’arivim a nou-z entr trouvë a la gârr de Renn. Sa të deja in miracl, vu l’chantier parr la e pée vu coment qe j caozz le « globish ». Enn fa sa fèt, l-z aférr començirr a devni pu interéssantt, mée dam pu duç qe j’arë pensë.

L’gâ s p·rzenti. Sa të in wézè douë com tout, in·n ecrivou, pouint tro d’amin tout com.

Pourr sa, n’a pâ l’chouâz. J’em bin sa. Mée il ée en trin de s fèrr sava parr tout l’biao mondd de la clliq françézz d’ecrivaïj. E pée den siz mouâz d sa, la Franç va ava in sacrë enbétment : n’a in maodit poètt qhi va nou rfèrr Une saison en enfer.

En·n arivaun pourr le vâ, j sonjë den Lautrémont, e j m’en rtourni en sonjaun den d’aotr bonom : Tristant Corbière, François Villon, e pée Jean Genet.

La-dsu, penss tu, je m contenti pâ d sa ; j m’en fu fèrr enn pëtitt virée su Sint B·rieû. La journée fu mirabilha e sa m rapli lé bél journée q nen peû fèrr a Pariz. Lé poètt, lé-z alchimist, tout l’mond sav bin q s’ée d ca paralh. Mée me vla rpartî o enn drôl de chôzz den la min, d la bèl ouvraïj de poètrî qe l’sièn d Sint B·rieû il avë bin vlu ecrirr pourr le Kiosque.

Sa të si tèlment lourd, in ptit paralh com de l’or, qe j manqi d châ den l-z escaliéer. L’jour d’aprée, je m mi a l’ouvraïj. De ca q j’alë fèrr o l’poèm-la qe l’mondd on bzein ?

J sonji q Patrick Prigent, q’é lu poètt e câziment d Sint B·rieû, i srë d’acord de lirr la mouturr en françéez. J sonji q son·n ôterr lirë la mouturr d’orinn en·n arab du Soudan. J sonji q sa rmètrë a la modd d’astourr la velh chanson C’est déjà ça d’Alain Souchon sen q n’arë pâ pèrsonn a s câssë sée dent. A part qe l’Patrick il ée in ptit batâlhou. Fôrë prendd gardd. « Entendu, mèrçi d’ava sonjë den ma », q’i dizi l’Patrick. « Te tabutt pâ, m’ée-t aviz q sa va yètt enn rencontr amuzantt com tout », qe j li dizi, ma.

J’enveyi l’poèm a la IsabeL. Lâ vla de s mètt a m caozë d minzz en païj e d propoziçion q’è m frë can q’èl arë l’ten vantiée. Èl ée bonn la-dden.

Falë arivë a s’en chfi, pourr surr. Com è dirë la Stéphanie, can q t’â in livr de Baudelaire den la min, yin dé sièn q’on të çensurë den la mouturr de 2018, fô essayë d fèrr sa bin com i fao, tout com.

J’avë d l’orr den lé min e in ptit d tabut pourr la tournerî. Sa të du bronzz mée ma je vlée d l’arjent.

J’alë nn ava d-z enmèrdd o l’poèm-la, sa të bin·n evident. L’sièn d Sint B·rieû itou mée j m’atendë bin q’i të acoutumë a sa. Ma, je vlë just qe sa srë pâ possibl de rin dirr su l’tecç. Pour le restaunt, faorë s’assurë d’abord qe n’arë pâ aoqhin banissou q’arë deja fèt signë a la p·rchenn çelebritë b·rtonn in contrat d’esclluzitë ou bin in detâlh de minm qhi pourë enmorfôzë vott vî en·n enfë si vou vou donée pouint gardd. Enn fa sa fèt, j vèrë bin.

E pée bon dla, je n së pâ s qhi pâssi, mée vla ti pâ q sa parti en devarinadd.

Ô depart, j cru q sa të a caozz qe j tion tout deûz dé torin, l’gâ d Sint B·rieû e ma, e q sa të nott tem astrolojiq qhi nou poussë a nou-z entr crélë.

Mée dam nen·ni, parr le fètt sa të a caozz de mon « globish ». Com j’avë pouint l’parlement, j të prinz parr de ca grôssier alorr qe j’avë bzein d bin pu d finèss.

Den l’cou, sa començi a m fèrrr graund ma. In pti ca com in·n apartissaïj, in·n apartissaïj linghistiq.

In separt entr lé bonn jen. De ca q sa srë pâ possib de s rencontrë. Qhèq chôzz de pâ pèrminz. S’ée pâ ézë a dirr. Minm en françéez. Sa m coupi en deûz, tièn.

 

Rassurée ma don, s’ée pâ d minm qe sa va s pâssë ? De ca q n’arë in separt bin fraunc entr lé bonn jens d’aprée lou-z identitë e lou cartt d’identitë e toutt la sieûtt ? Sa va ti ? J pouvon ti alë bézë in ju d frutaïj bin tranqhilment lé-z in sé l-z aotr en Franç, pari ? N’a pâ pèrsonn astourr qhi srë prinz den enn seyaunç si tèlment duç a durë q’i devrë s pensë bin lonten avaunt d sava coment q’i pourë rteni enn fam q’ée en trin d châ den l-z escaliéer ?

N’a pâ d doutanç, astourr, sa chanj in ptit. Mée vou vayée bin, lé caozz-russ, i von aprendd le russ é sièn qi l’conprenn pâ. Lé caozz-françéez i von aprendd  le françéez é sièn q’on bzein d sa pourr se fèrr dé-z ami, ou bin dé galantt, ou bin pourr ajtë dé tiqhèt d batè pourr alë a G·rnezë pourr vâ l’ôtë a Tonton Hugo. E s’ée ti pâ du paralh ô minm pourr lé caozz-portughéez ?

Inpecab. Me vla rassurée astourr. Pasqe, ma, sa peû m’arivë bin dé fa d châ den l-z escaliéer, pari.

Den l’cou, de ca qe j fè o l’poèm ô gâ d Sint B·rieû ?

Rin·n en tout. J’espèrr. Vu q s’ée dé lçon d farsi mée pâ d’arab qe j sieûd, j së pâ corr prétt a enmorfôzë l’bronzz en·n arjent.

De toutt manierr, j së pâ acoutumée a l’orr. Mée v-z étt bin d’assent do ma, l’orr, s’ée pâ enn chôzz qhi s pèrd, pari…

 

Traduction gratuite à titre exceptionnel par Bèrtran Ôbrée et Jessica Haumont de l’Institut Chubri.

Pour en savoir plus sur les conventions orthographiques, consulter le site de « Chubri » !