En français de France

Jean va nous sortir de là

Jean va nous sortir de là

Du mécénat

 

Une copine et moi causons avec notre maraichère.
– Quoi il y a deux mois t’avais pas les sous maintenant tu les as ?! C’est quoi ce bordel ?
– Nan je prépare ma campagne de financement. Mais je suis emmerdée avec les sites de crowfounding. Y me font chier. Y ponctionnent.
– Y faut tout leur dire en avance. Toutes les étapes, tous les objectifs, ça met la pression.
– Pi c’est à l’envers leurs trucs. Mais c’est la mode. On ne me reprendra plus à définir la relation avant de l’avoir vécue. J’aimerais bien faire dans le bon ordre. C’est le terrain qui va me faire, ce n’est pas moi qui vais faire le terrain. Et puis tous ces sites de financement là. Tu veux donner ? T’envoies du cash. A l’ancienne.
On a ri bien sûr. Le type qui vend ses galettes et ses crêpes aussi. Faudra que je lui demande. Comment il a fait au départ, lui.
– Mais les gens vont croire à une escroquerie !
– Peuvent m’envoyer un chèque aussi. Tu fais suivre toi ce genre de campagne ?
– Moi je fais suivre ! Toujours ! Mais il faut pas un compte en banque pour les chèques ?
– Donnez- moi des sous pour ma maison ! C’est ça qu’on doit faire suivre ?
– Je sors de la poste. Je voulais ouvrir une boite postale. Pour faire venir les chèques. Une guichetière m’a demandé si c’était pour une entreprise. J’ai dit oui c’est ça. Je me suis retrouvée devant un mec qui m’a filé deux cartes. La sienne pour l’envoi des flyers pour l’asso- le conseiller courrier c’est moi, vous aurez bien des courriers à poster on en causera ensemble – et celle de son collègue pour les questions de sous.
– Et quoi tu veux pas de banque non plus ?
– Sans les banques, j’aurais vraiment aimé. Mais je viens de regarder la carte. Le type s’appelle Jean Moulin.