En français de France

Nos dures nuits Hemetti

« Nos dures nuits Hemetti »

Du cinéma en plein air

                 On avance. Frankie, en 70 heures de taf, a fabriqué des toilettes. C’est devenu, du coup, officiel. Le seul cinéma en plein air sans cinéma que je connaisse. C’est nous !Il est temps de commencer à s’atteler au potager.  Ça tombe bien. Les copains m’offrent des bouquins. : La permaculture humaine de Bernard Alonso et Cécile Guiochon. Comme on ne naît pas écologiste mais qu’il faut bien le devenir [1] et que je pars de bien loin, ça s’annonce comme un vrai soutien.

               Mais paf, ma formation coince dès l’introduction.  A cause de l’écriture inclusive. L’occasion faisant le larron, essayons d’expliquer l’affaire à ceux qui débarquent en langue française.

                  Vous dire très vite que la langue française est en crise depuis toujours. Il y a le français normatif, celui qui est parfois vu comme fin chiant mais qu’il est  discriminant de ne pas connaitre. Et puis le français d’usage qui est d’une grande vitalité. Le second n’est pas moins complexe que le premier et les deux se nourrissent et s’accompagnent  au travers les âges à la manière d’un je t’aime-moi-non-plus passionnant.

L’écriture inclusive est une pratique répandue, qui pense faire avancer le schmilblick de la cause des femmes[2] avec  ces transformations-là. Allons-y.

En langue française, il y a deux genres : le masculin et le féminin.

                                                        Un auteur compétent = c’est un homme.

                                                        Une auteure compétente = c’est une femme.

Le genre des noms n’est pas toujours lié à des questions de sexe. Notre imaginaire construit ensuite des masculinités et des féminités aux objets.

                                                        Un poème délicieux

                                                       Une  voix délicieuse

Au pluriel :

                                                     Des poèmes délicieux

                                                     Des voix délicieuses

 

                                                     Des auteurs importants

Paf la marque linguistique du féminin disparaît, et certains déplorent que la femme  en l’auteure ait été engloutie.  Revenons à la préface de La permaculture humaine.

On  y lit : 

              » On ressort de cette lecture convaincu, car les auteur.es sont convaincants. » 

 On écrirait en français normatif :

                    On ressort de cette lecture convaincu, car les auteurs sont convaincants. 

Le préfacier  ajoute  un point médian pour conserver la trace du féminin. Il pense ainsi contribuer, si j’ai bien compris, à modifier, pas seulement la langue mais la réalité. Celle d’une femme qui,  quoi qu’elle fasse, auteure ou pompier, doit toujours galérer plus qu’un homme

               Mais il y a un hic. L’effet produit, sur moi, est l’inverse de l’effet annoncé comme escompté. Cela me semble scinder. Diviser. Séparer. Cela me disconvient qu’on me rappelle sans cesse que je suis une femme quand je cherche à comprendre comment planter des choux. Comme si au lieu de me libérer, ça me cantonnait. A mon sexe. A lire un autre paragraphe sur le monde de demain, on pourrait même être un peu suspect.

Le français normatif écrirait :

                                               Chacun doit trouver sa place. 

Le préfacier rédige :

                                              Chacun.e doit trouver sa place.

Hum hum. Soudain, c’est comme si le projet, dit féministe, risquait de se renverser et la Beauvoir de se retourner. Dans sa tombe. Soudain, on se prend à redouter que le monde de demain puisse beaucoup ressembler à celui d’avant-hier. Je ne sais plus trop.  A tous les coups, à force de me questionner dès que je vois un point médian,  je l’ai encore ratée. La saison des choux. Mais je n’ai peut-être rien compris. Je ne suis qu’une prof de français, Comme Anne Sylvestre,  même pas rancunière.

Heureusement il y a les mots épicènes[3]. Ceux-là ont la même forme au masculin et au féminin :

                                     « Les balafonistes , les dadaïstes, les ladres »

[1] Clin d’œil  à Madame Simone de Beauvoir

[2]  Même si la Beauvoir et d’autres avec elles ont fait un superbe boulot, la France reste une société patriarcale comme bien des endroits au monde.

[3] ÉPICÈNE : – qui sert à désigner une espèce, sans préciser le sexe. – Qui a la même forme au masculin et au féminin

                                 Rita