En Infolettres franco-anglaises

Octobre

Chers amis des langues et des arts,

 Ceci n’est toujours pas une NEWSLETTER.  Parce ce que le Kiosque,  au succès pourtant exponentiel,  tourne sans webmaster.

Souvenez-vous,  notre histoire commune avait débuté comme ça :

Loïc répond à la question «  Qui sommes-nous ? »

Côté artistes et traducteurs, ce n’est pas que soit simple tous les jours de promouvoir des talents mais quand même,  ils jouent globalement le jeu avec brio.

·         Rémi avait dit : «  Fais manuscrire sur feuille blanche. »

Hassan Yassin avait obtempéré.

Les bretonnants de Brest,  toujours partants pour expliquer l’antiphrase, aussi :

Les mutations dans la langue bretonne.

·         Rémi avait dit : «  Faut que le SOUND CLOUND ait la classe.».

La clique des arabophones n’avait pas déconné sur la qualité du pictogramme :

Samira corrige sa traduction

·         Rémi avait dit «  J’adore les graffitis ». Marie avait assuré :

 Ici il n’y a pas de nouveauté car Rita a  zappé le RDV avec Marie. Mais qu’est-ce qu’elle aurait pu lui dire à Marie à part «  Tes photos sont sublimes, les textes intraduisibles c’est pour ça qu’on va le faire mais on n’a plus de webmaster ? »

·         Rémi avait dit «  Faut que tu t’achètes un microphone et que tu apprennes à travailler le son. »

–          Parfois les artistes jeunes ou moins jeunes  font des improvisations  de qualité  que j’arrive à  peu près à restituer :

Marcel veut lire un poème

Louis sait attendre le moment juste pour balancer son texte.

–          Parfois,  Rita  échoue à nettoyer les saloperies.  Et ça tourne au cauchemar :

Hassan Yassin lit «  la rebelle » en arabe classique

Bon c’est sur que, sans vouloir faire de généralités, les linguistes sont plus faciles à gérer que les artistes.

–          La clique des italophones, thème ou version,  est sacrément disciplinée:

Daniela lit «  Mais c’est une ZAC ? »

Morgane lit « On est d’accord ? »

–          L’Insitut Chubri  fait un boulot aux petits oignons qu’un problème d’espaces risquerait de détruire :

Bertan Chrubri  et Jessica Haumont traduisent «  l’or c’est un truc qui périme pas » vers le gallo

–          Les poètes parfois sont  un peu  plus dur à mettre au pas :

Patrick Prigent donne son avis sur le Kiosque

 Patrick Prigent donne son avis sur le site web

Dans l’ensemble, Rita, avec ses envies de Français Langue Etrangère,  aurait pu bien s’en  sortir.

Un cours sur la vitalité de la langue française : acronymes, néologismes, emprunts et tutti quanti ça se peut s’écrire rapidement.

Mais  sans Rémi, ça suffit. Faites  au mieux :

Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? (De nos quizz linguistiques : Une semaine de vacances gratuite sur le terrain pour les  3 premières bonnes réponses !)

·         Et tant pis pour le poème qui était censé TOUS nous faire pleurer en arabe littéraire mention  happy few lettrés  qui n’ont que ça à faire d’écrire des trucs sublimes :

Le poème qui arrive bientôt

Rita !

Tout  le monde veut kiosquer : www.lekiosquederita.com

06 15 98 04 15

Traduction by Manon 

 

 

 

Dear friends of language and art,

 

This is still not a NEWLETTERS. Because the kiosk, whose success is exponential, runs without a webmaster.
Remember, our common story began like this:

 

Loïc répond à la question «  Qui sommes-nous ? »

As far as artists and translators are concerned, it’s not only simple to promote talent all the time, but still, they overall play the game brilliantly.

 

∙        Remi had said: « Do manuscript on white paper. « 

Hassan Yassin avait obtempéré.

The Breton of Brest, always willing to explain the antiphrase, also:

 

Les mutations dans la langue bretonne.

∙       Remi said, « You need SOUND CLOUND to be classy. »
The clique of arabophones had not joked around on the quality of the pictogram:

Samira corrige sa traduction

∙       Remi said, « I love graffiti. » Marie had assured:
 Here there is no novelty because Rita has zapped the appointment with Marie. But what could she have said to Marie except « Your photos are magnificent, untranslatable texts that’s why we are going to do it but we no longer have a webmaster? « 

 

∙    Remi said, « You have to buy a microphone and learn how to work out the sound. « 

  • Sometimes artists young or less young make me improvisations of quality that I can more or less reproduce:

 

Marcel veut lire un poème

Louis sait attendre le moment juste pour balancer son texte.

  • Sometimes Rita fails to clean up the crap. And it turns into a nightmare:

Hassan Yassin lit «  la rebelle » en arabe classique

Well it’s sure that, without wanting to generalize, the linguists are easier to manage than artists.

 

  • The clique of italophones, theme or version, is damned disciplined:

 

Daniela lit «  Mais c’est une ZAC ? »

 

Morgane lit « On est d’accord ? »

 

  • The Chubri Institute is doing a job of small onions that a problem of space could destroy:

Bertan Chrubri  et Jessica Haumont traduisent «  l’or c’est un truc qui périme pas » vers le gallo

 

  • Poets sometimes are a little harder to bring up to speed:

 

Patrick Prigent donne son avis sur le Kiosque

 

 Patrick Prigent donne son avis sur le site web

 

Overall, Rita, with her desires for French as a Foreign Language, could have done well.

 

Un cours sur la vitalité de la langue française : acronymes, néologismes, emprunts et tutti quanti ça se peut s’écrire rapidement.

 

But without Remi, that’s enough. Do your best :

 

Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? (From our language quizzes: A week of free holidays on the field for the first 3 correct answers!)

 

∙    And too bad for the poem that was supposed to make us all cry in literary Arabic mention happy few letters that have nothing to do but to write sublime stuff:

 

Le poème qui arrive bientôt

 

Rita !

Everyone wants to Kiosk: www.lekiosquederita.com

 

06 15 98 04 15